Gedenkstätte Esterwegen

Le Mémorial d’Esterwegen

Les Camps d’Emsland

Entre 1933 et 1945, l’État NS entretenait 15 camps de prisonniers à l’Emsland et dans le comté de Bentheim. Intégrés au système SS, aux autorités judiciaires et à la Wehrmacht, tous ces camps étaient des lieux de la terreur NS. Même pour un certain temps de la 2è Guerre mondiale, les prisonniers faisaient de durs travaux forcés en cultivant les marais ; à partir du 2è semestre de 1942, ils travaillaient pour les industries de tourbe et d’armement ou déblayaient les ruines des bombardements. Environ 80 000 détenus de camps de concentration ou prisonniers souffraient dans les Camps d’Emsland ; pendant la guerre, il y avait plus de 100 000 prisonniers de guerre. Plus de 20 000 mouraient de faim, d’épuisement et de maladies, suite à des brutalités, ou « furent abattus en fuyant ». Après la guerre, les camps hébergeaient des anciens forçats, ensuite aussi des réfugiés et des personnes déplacées. Aujourd’hui, aux anciens sites de camps, on trouve des prisons, des zones résidentielles ou agricoles.

Le Camp Esterwegen

En été 1933 déjà, l’État fait ériger le Camp de concentration Esterwegen au site du mémorial actuel pour y loger les détenus politiques. De 1934 à 1936, Heinrich Himmler, Reichsführer SS, était le responsable direct d’Esterwegen. Il le dissout en 1936 ; ensuite les prisonniers politiques sont incarcérés à Sachsenhausen, près de Berlin. Parmi les mieux connus des détenus d’Esterwegen, figure le lauréat du Prix Nobel de la Paix pour 1935, Carl von Ossietzky. De 1937 à 1945, Esterwegen était un camp de prisonniers géré par l’administration judiciaire du « Reich ». Pendant la 2ème Guerre mondiale, des soldats allemands condamnés par des tribunaux militaires de la Wehrmacht, sont emprisonnés ici et dans plusieurs autres camps. Dans une partie d’Esterwegen (« au Camp Sud »), se trouvaient incarcérés des résistants provenant de plusieurs pays de l’Europe occidentale, dits « prisonniers descente surprise » de l’opération « nuit et brouillard ». Dans l’après-guerre immédiat, les forces d’occupation britanniques en faisaient un camp d’internement. De 1953 à 1959, c’était un camp de transition pour des réfugiés provenant de la République démocratique d’Allemagne. Pendant cette période, tous les bâtiments de l’ancien camp se faisaient démonter. De 1963 à 2001/2005, la Bundeswehr profitait du site pour en faire un dépôt.

Le Mémorial d’Esterwegen

Le Mémorial est un site de mémoire européen qui rappelle tous les 15 Camps d’Emsland et leurs victimes. C’est aussi un signal contre la dictature, la politique de violence et la terreur, autant que contre le nationalisme et le racisme. On y invite à s’engager pour les droits de l’homme, l’État de droit et la démocratie. Aujourd’hui, le centre d’accueil et d’information loge les expositions, des salles de conférence, une bibliothèque, les archives et une caféteria. Pour tout accommoder, on profite de deux entrepôts érigés dans les années 1970 pour l’ancien dépôt de la Bundeswehr qu’on a relié par un nouveau foyer.

Les expositions

L’exposition principale documente l’histoire des Camps d’Emsland 1933 à 1945 et place les événements sur le plan chronologique dans le contexte de l’histoire du « 3è Reich » en incluant les aspects régionaux. Elle est centrée sur les expériences des détenus travaillant dans les marais ainsi que sur leurs vies et leurs souffrances dans les camps. L’exposition secondaire s’occupe de l’histoire des Camps d’Emsland de la période d’après-guerre qu’il faut comprendre tel un processus complexe ayant parcouru diverses phases et restant inachevé jusqu’à nos jours.

Les terrains du Camp

L’architecture des terrains fait voir les traces de l’ancien camp et traduit les parties de la topographie du camp restant invisibles et qui représentent la violence et la menace d’une vie de camp dans un langage formal moderne (employant des éléments d’acier). Les sites des anciennes baraques, on les a visualisés en plantant des « paquets d’arbres ». Des galets de lave couvrant l’ancien terrain de prison suggèrent un paysage de marais en rouge et marron. Relié par une passerelle en acier avec le site historique du Camp Esterwegen, un marais voisin symbolise l’endroit du dur travail forcé.

Activités

Le Mémorial d’Esterwegen propose de nombreuses activités:

  • des expositions exceptionnelles, des lectures, des conférences
  • des journées d’atelier, des séminaires et des formations continues pour enseignants
  • des stages pour élèves et étudiants
  • des visites guidées pour classes et groupes à partir de 15 personnes sur rendez-vous

Pour s’accorder sur le cadre temporel et le contenu d’une visite guidée, veuillez vous adresser au Mémorial.

Sur demande, on peut faire subventionner des groupes d’élèves ou de jeunes gens provenant de la Basse-Saxe par la Stiftung niedersächsischer Gedenkstätten à Celle.

Contact

Gedenkstätte Esterwegen
Hinterm Busch 1
D-26897 Esterwegen, Germany
Tel.: 00 49 (59 55) 98 89 50
www.gedenkstaette-esterwegen.de
info@gedenkstaette-esterwegen.de

Horaires:
Ouvert d’avril à octobre, du mardi au dimanche, de 10 h à 18 h
Ouvert de novembre à mars, du mardi au dimanche, de 10 h à 17 h

Fermeture annuelle : du 15 décembre au 15 janvier

Entrée libre.

Nächste Öffentliche Führung:

Von Februar bis Dezember an jedem 1. Sonntag im Monat um 11:00 Uhr und 15:00 Uhr.
Eine Anmeldung für Einzelbesucher ist nicht erforderlich.